Croatie: Informations sur le visa

 
   
 
 
 
     
 

En savoir plus: Visa Schengen

Plus d'informations bientôt!
Documents requis pour la demande
Instructions importantes

Témoignages
Nos clients ont de belles histoires à raconter

Foire Aux Questions

La Croatie, en croate, Hrvatska, est un pays d'Europe de l’est, indépendant depuis 1991 année au cours de laquelle a eu lieu la dislocation violente de la Yougoslavie. Sa capitale est Zagreb et elle est membre de l'Union européenne depuis 2013. La monnaie est la Kuna et la langue parlée, le croate.

Avant de partir dans ce pays, il vous faut vous renseigner sur les modalités d’entrée sur ce territoire. La Croatie, membre de l’Union européenne depuis juillet 2013, n’est pas encore membre de l’espace Schengen. Il est donc obligatoire d’être en possession de documents d’identité valides pour entrer sur le territoire croate ou pour le quitter.

A partir de là, deux catégories de voyageurs se distinguent : ceux qui ont besoin d’un visa et les autres. Commençons par ces derniers. Les voyageurs qui viennent d’un pays européen, mais aussi les Américains, les Australiens, etc. n’ont pas besoin de faire de demande de visa pour se rendre en Croatie. La seule restriction est que leur séjour ne devra pas excéder 90 jours au cours d’une période de 180 jours. Pratique non ? Quant aux autres, ils devront faire une demande visa auprès de la représentation consulaire de leur pays de résidence. iVisa peut vous informer dès à présent sur votre situation : allez sur la page d’accueil du site et sélectionnez votre nationalité dans le menu déroulant de gauche, puis la Croatie dans celui de droite. Vous aurez immédiatement la réponse et pourrez poursuivre vos préparatifs en fonction du résultat.

Autre information, à propos du visa Schengen. Si vous en avez déjà un, sachez que vous n’utiliserez aucun des jours inclus dans la limite des 90 jours, autorisés par ce visa. En effet, rappelons-le, la Croatie ne fait pas partie de la zone Schengen ! C’est plutôt pratique si vous voyagez à travers l’Europe et devez être attentif au décompte de vos jours autorisés. En visitant la Croatie, vous serez bel et bien en Europe mais vous ne “perdrez” pas vos “jours Schengen”.

Séjourner en Croatie n’est pas précisément ce qu’on pourrait appeler un calvaire si l’on considère les innombrables trésors que recèle ce pays ! Tout d’abord, vous serez peut-être intéressé par les sites classés au Patrimoine mondial de l'Unesco : la basilique euphrasienne de Poreč, le parc national de Plitvice, le centre historique de Trogir et celui de Split, la cathédrale Saint-Jacques de Šibenik (mais la ville vaut aussi le détour grâce au charme de ses venelles en pente et de ses mystérieux passages), la vieille ville de Dubrovnik et la plaine de Stari Grad à Hvar.

En 2016, 28 cimetières ou ensemble de tombes médiévales répartis sur 4 pays (dont la Croatie pour 2 sites : Cista Velika et Dubravka) sont venus s’ajouter à cette liste. Si vous êtes en quête de nature, rendez-vous sur l’archipel le plus sauvage de Croatie, Kornati en Dalmatie. C’est un ensemble d’îles et d’îlots pratiquement inhabités, paradis des plaisanciers. Ne manquez pas non plus d’écouter la klapa (« groupe », en croate). C’est une formation masculine de 4 chanteurs à la base (2 ténors, un baryton, une basse), proposant des chants traditionnels a cappella, ou parfois accompagnés de quelques instruments. Quant au chant traditionnel ojkanje (chant à 2 voix utilisant une technique de trémolo), il a été inscrit en 2010 au Patrimoine immatériel de l'Unesco.

Pour communiquer avec les habitants sachez qu’en Croatie on parle le croate, une langue très proche du serbe, bosniaque et monténégrin... Une oreille non avertie ne saurait entendre la différence ! Le croate compte plusieurs dialectes, alors ne soyez pas étonné si certains mots varient. C’est le cas de “tomate” par exemple, appelée srajčica, pomidor ou paradajz. Mais rassurez-vous, l'anglais est beaucoup parlé par les plus jeunes, surtout dans les secteurs du tourisme et du commerce. De même, l'italien est aussi très présent, surtout vers la côte dalmate où il est même la langue officielle de quelques municipalités. Pour des raisons historiques, l'allemand et le hongrois sont aussi parlés. Quant à la cuisine croate, elle est le reflet des différentes influences qu'a connues ce pays au cours des siècles. Elle intègre donc plusieurs influences gastronomiques, austro-hongroises, ottomanes ou méditerranéennes. Ne manquez pas non plus les boissons. Le long de la côte adriatique et sur les îles, buvez un postup ou un célèbre dingač, tous les 2 issus de la presqu'île de Pelješac, le crljenak kaštelanski de la région de Kaštela, ou encore le teran d'Istrie. Ce sont souvent des vins rouges corsés, mais le prošec de la région de Hvar et de Dubrovnik est un vin d'apéritif sucré, tandis que le plavac se décline en blanc. Côté vins blancs, essayez donc le malvazija (en Istrie), le pošip, le grk, le bogdanuša (Hvar), le kujundžuša, la žlahtina et le muškat. Comme vous le constaterez, on fabrique plus de vin blanc que de rouge dans cette région. En outre, ne sautez pas au plafond si vous voyez un Croate qui coupe son vin avec de l'eau plate ou pétillante : c’est monnaie courante !

On appelle gemišt le vin blanc coupé d'eau gazeuse et bevanda le vin rouge coupé d'eau plate. Finalement, vous pourrez déguster en apéritif ou en digestif, pour accompagner votre café, différentes sortes d'eaux-de-vie (rakija) - celle à base de prune (šljivovica) ou celle à base de raisin - ou encore un marc de raisin aromatisé aux herbes médicinales (travarica). Dernière information pratique : depuis juin 2017, un voyageur qui a un forfait valide dans un des pays européens peut utiliser son téléphone portable au tarif national dans les 27 pays de l’Union européenne. Et cela sans risque de voir sa facture virer dans le rouge. Des plafonds sont fixés par les opérateurs pour éviter les excès, évidemment. Cet accord signé entre l’UE et ses opérateurs télécoms concerne aussi la consommation de données internet 3G ou 4G, dont le coût dépend du prix du forfait national.

Par ailleurs, si le voyageur réside plusieurs mois en dehors de son pays, des frais peuvent lui être prélevés. Par conséquent, vous n’aurez pas besoin d’acheter une carte SIM locale pour diminuer vos frais. Vous voici paré pour votre aventure croate ! Bon séjour !